« Studio 6 » de Liza Marklund


Studio 6 de L. Marklund

Encore un polar venu du froid!

studio6.jpg

Le sujet:

Lorsqu’elle aperçoit une petite culotte en synthétique accrochée à un arbuste du cimetière juif de Kugnsholmen, puis une jambe dénudée, la passante fustige d’abord la jeunesse qui ne respecte rien et les idées féministes.Il n’y a plus de respect ! Mais lorsque son chien, Jasper, s’attaque au cadavre… cela ne fait plus de doute: « Il y a une fille morte dans le parc de Kronoberg ». C’est bien ennuyeux en pleine période électorale!

Annika Bengtzon, le personnage fétiche de Liza Marklund récemment mis à l’honneur dans une série télévisée, qui fait ses débuts en tant que journaliste stagiaire à « La Presse du Soir » est sur le coup. Prévenue au journal par l’appel téléphonique d’un zonard, elle se rend sur les lieux avec Berit Hamerin et Bertil Strand, ses collègues. Les journalistes du « Concurrent » s’y trouvent déjà, ainsi que des policiers peu coopératifs.

« Annika eut un frisson. Il ne lui fallait pas gâcher sa chance, son premier vrai tuyau de l’été ».

Berit se souvient alors « qu’un meurtre presque identique a été commis à cent mètres de là » 12 ou 13 ans plus tôt. Les deux meurtres sont-ils liés? De retour au journal ils conjoignent leurs efforts et s’attaquent aux archives concernant « l’affaire Eva ». La similitude des deux crimes semble leur sautait aux yeux: même lieu et mêmes conditions climatiques: un mois de juillet anormalement chaud. la châleur rendrait-elle fou ?

Si Annika est souvent aux prises avec un commissaire bougon malgré ses chemises à fleurs, c’est elle qui mène plus ou moins adroitement l’enquête. Qui a tué Joséfin, compagne de ce Joachim un tantinet proxénète? Ce compagnon jaloux,? Le ministre? Un rôdeur?

Liza Marklund, qui a elle-même exercé la profession de journaliste, insiste tout au long du roman sur la vie et le fonctionnement d’un journal. C’est un milieu avec lequel elle a manifestement quelques comptes à régler! Ce qu’elle fait, non sans humour. Elle pose aussi la question de la médiatisation et notamment de l’exploitation de la mort. Les journalistes en présence  ne partagent pas la même éthique…Là réside le plus grand intérêt de ce roman politico-policier. A cela s’ajoute en effet ce qui tient d’une énigme politique.

Annika: 

Annika est une fonceuse qui n’a pas sa langue dans sa poche, ce qui ne lui vaut pas que des amitiés.

« Merde et re-merde. Pourquoi je ne sais pas fermer ma gueule? »

Intérimaire, elle aspire à se faire une place et un nom au journal, mais elle doit faire face à une rude concurrence et aux ambitions de ses collègues. Elle doit également parvenir à imposer ses choix à un fiancé pour le moins particulier, régulièrement soutenu par la propre mère d’Annika.

Annika tient un peu de l’anti-héroine. Ce qu’elle entreprend ne la même que rarement à la réussite dans un premier élan. Sa détermination la sauve cependant.

L’écriture: 

La narration s’organise sur le mode du montage alterné. Nous découvrons ainsi Patricia, la colocataire de la victime, deux ministres, mais aussi, à intervalles réguliers, quelques pages énigmatiques de ce qui semble un journal intime. Il s’agit des confidences amoureuses et inquiètes d’une jeune fille… Cet aspect là du roman est assez bien mené.

Mon avis:

Je ne peux pas dire que ce roman m’ait embarquée. L’intrigue est relativement bien conduite et bien ficelée, le personnage d’Annika est assez  touchant. Le style manque de relief sans être critique. L’ensemble n’est pas vraiment convaincant, même si certaines trouvailles comme les « Barbies Ninja » m’ont amusée.

Les thématiques abordées sont intéressantes, l’histoire d’Annika est bien menée, mais il manque une dimension  pour que l’intrigue policière tienne véritablement le lecteur en haleine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s