BD

« Rural ! », Étienne davodeau, Delcourt / Encrages, 2018




Quand la BD s’invite à la ferme !

Cet album a ceci de particulier qu’il consiste essentiellement en un documentaire en noir et blanc sur le monde rural et la situation des paysans en ce début de XXI°. 

Durant environ une année, l’auteur s’est rendu régulièrement à Chanceaux, une bourgade sise à 25 km d’Angers dont la tranquillité était menacée par la construction d’une autoroute. 

Son enquête est d’abord l’histoire d’une rencontre avec 3 paysans, Etienne et Olivier, qui sont frères, et leur associé Jean-Claude. Tous 3 exploitent et gèrent le GAEC du Kozon, soit un groupement agricole d’exploitation en commun. Voilà une belle leçon de coopération et d’humanité !

Entre les plaisirs des salves de bouse, du crépitement de la pisse sur le ciment, les vêlages et les moissons, Etienne Davodeau découvre dans le moindre détail le fonctionnement de la ferme de la Percerie. L’intérêt de cette ferme réside dans son choix de passer à la production bio. Leurs échanges nous permettre ainsi d’en découvrir les règles, les tenants et les aboutissants, et bien évidemment les avantages pour le consommateur. On comprend à quel point l’agriculture bio l’agriculture conventionnelle sont deux métiers foncièrement différents. Le choix est question de philosophie. 

Outre cette évocation du quotidien paysan, l’album rend un bel hommage au travail de ces hommes et à leur rapport à la terre. 

L’autre versant de l’album porte sur le projet controversé de la future autoroute A 87 reliant Angers à la Roche sur Yon. Le tracé,  qui prévoit un passage entre les deux sites du Gaec de Kozon, risque de leur compliquer la tâche, mais il constitue surtout une menace pour leur label bio qui risque d’être altéré par les métaux lourds, le plomb et les hydrocarbures. La famille Soresi, elle, déplore son expropriation. Etienne Davodeau expose avec précision toutes les étapes qui précèdent le choix du tracé, toutes les tractations qui conditionnent le parcours, y compris les jeux de pouvoir et autres petits arrangements financiers. Il offre la parole à l’association de sauvegarde du Layon qui tente de déjouer le mauvais sort à coups de réunions, de manifestations et autres initiatives plus ou moins spectaculaires, sachant qu’il existait d’autres alternatives. On aurait pu par exemple, reconvertir simplement la nationale en 4 voies en ménageant un contournement des villages, ce qui aurait eu au demeurant un moindre coût. Mais voilà, l’Etat n’a pas le budget d’aménagement nécessaire tandis que l’autoroute, est financée par un concessionnaire, même si l’Etat est majoritaire à 45 %…Cette odyssée permet donc d’être vaine !

Si j’ai apprécié la partie consacrée à la ferme, je dois avouer que l’autoroute ne m’ a guère passionnée. 

2 réflexions au sujet de “« Rural ! », Étienne davodeau, Delcourt / Encrages, 2018”

Répondre à Sophie Hérisson Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s