Cinéma français

« Petite Maman », Céline Sciamma, 2021


Ce film qui se regarde comme un conte fantastique aborde avec un certain minimalisme, les questions du deuil, de l’enfance, ainsi que la thématique du double. Nelly, une fillette d’une huitaine d’années, vient de perdre sa grand-mère. Elle accompagne ses parents dans la maison de cette dernière, histoire de la vider. Elle prend alors plaisir à découvrir ces lieux qui ont abrité l’enfance de sa mère. Elle arpente les couloirs de cette demeure aussi simple que surannée, ainsi que les bois. Elle aime y inscrire ses pas dans ceux de sa mère au même âge, et n’a de cesse d’entendre ses souvenirs et ses histoires de cabane. C’est cependant une épreuve et trop de tristesse pour sa mère, qui disparait brutalement et la laisse en compagnie de son père. Nelly rencontre alors Marion, une fillette du même âge qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau et qui n’est autre que sa mère… comme s’il lui était permis de remonter le temps. Elle se voit ainsi octroyer le privilège de réinventer la relation mère fille et de partager ce temps d’enfance avec elle.

L’idée était charmante, mais contrairement aux critiques, je suis passée à côté de ce film au scénario aussi dépouillé que les décors.

L’histoire ne prend pas, il manque des éléments à la fable, les scènes se répètent, le jeu des actrices est assez plat. L’ennui m’a vite gagné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s