Littérature étrangère, Littérature française

« Les conspirateurs », Shan Sa, Albin Michel, 2005



Un petit détour par l’univers de Shan Sa et ce roman qui mêle espionnage et amour et qui peut se lire à la manière d’un thriller. 


Jonathan vient d’emménager à Paris dans un immeuble des beaux quartiers. Il n’a pas craqué pour ce bel immeuble haussmannien, il est simplement en service commandé. Il est chargé d’espionner sa voisine, une chinoise à la beauté énigmatique qui enseigne les arts martiaux au jardin du Luxembourg, Mme Ayamei n’est en effet pas n’importe qui, si l’on en croit Rosa la concierge volubile et bien renseignée. Il le sait d’ailleurs parfaitement bien puisqu’il a dans ses rares cartons tout un dossier la concernant, et une lettre de mission précise. On avait juste omis de lui parler des arts martiaux, ce qui pourrait s’avérer un détail d’importance.
Ce jardin devient donc une vaste scène de théâtre pour lui, il observe la dame des heures depuis sa fenêtre et réfléchit à la façon d’établir un lien. Américain, au service du Mandat Terrestre, une secte infiltrée par la CIA dont on peine à comprendre véritablement les intérêts, il change régulièrement d’identité et de couverture. Cette fois, pour donner le change, il vient d’être engagé pour une boite française.

Ayamei, qui lui apparait rapidement comme « une femme dangereusement intelligente », est officiellement une rescapée de Tien An Men ayant obtenu le statut de réfugiée politique. Du moins est-ce ce qu’elle a fait valoir aux autorités…Sait-on vraiment toujours qui est qui ???

Pour mieux comprendre ce qui se trame peut-être, il faut préciser que le récit se noue sur fond de Chine post-révolution culturelle, cette Chine qui a vendu son âme pour se faire une place dans le monde des affaires et l’économie internationale, une Chine prête sans doute à tout, ce qui peut constituer une bonne aubaine pour certains politiques européens véreux, amateurs d’argent et de trafic d’armes.

Si Jonathan accomplit sa mission d’infiltration avec zèle, Ayamei ne semble pas en reste. Shan Sa joue en effet beaucoup avec ses personnages, sur un ton amusé et un tantinet décalé, notamment lorsqu’il s’agit de passer à la seconde étape du plan qui consiste en une comédie d’amour. Il est bien évident que dans ce genre de jeux, chacun court plus ou moins le risque de se laisser surprendre, et prendre…

Alors ces deux-là finiront-ils par savoir qui est qui ? Mèneront-ils leurs missions respectives à leur terme ?  Les intérêts politiques et économiques l’emporteront-ils ? L’amour sera-t-il le plus fort ???

J’ai beaucoup aimé le ton du récit, les dialogues, l’ambiance générale. Le scénario est efficace, même si je l’aurais aimé un peu plus « punchy ». C’était ma première lecture de cette auteure, et je dois dire que j’ai bien envie d’explorer davantage son univers. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s