Albums, BD

« Geisha ou le jeu du shamisen »tomes 1 et 2 , Christian Perrissin et Christian Durieux, Futuropolis 2017



Si vous êtes attiré par le Japon et si vous aspirez à découvrir davantage l’univers des geishas, ce magnifique album, décliné en deux tomes, du duo Perrissin et Durieux est fait pour vous.

Pour éviter tout didactisme, le scénario nous propose de suivre le parcours de Setsuko, une gamine de 7 ans qui accompagne ses parents à la capitale avec sa jeune sœur Hana. Katsujiro, son père, un peu trop porté sur le saké, a en effet décidé de fuir la pauvreté et la région d’Izu pour tenter une vie qu’il espère meilleure. 

Après un long périple à pied, il croit enfin à sa chance lorsqu’il trouve un emploi de menuisier sur un grand chantier. Superstitieuse, la mère n’ose pas encore se réjouir.
Le sentiment de bonheur est cependant de courte durée et la malédiction frappe de nouveau la famille. Un accident les laisse démunis. Handicapé, Katsujiro ne peut se résoudre à une mendicité indigne d’un ancien samouraï et préfère se réfugier dans l’alcool, tandis que son épouse courageuse s’efforce de trouver de quoi subsister.

La situation demeurant trop précaire, il décide alors de troquer sa fille contre une belle somme d’argent et sa signature au bas d’un rouleau de papier washi. 

Animée d’un terrible sentiment d’abandon, Setsuko s’installe donc à Okiya Tsushima, où tout n’est que luxe et volupté. Guidée par la maquerelle, Okaa-San, ainsi que par Kitsuné, la geisha en titre, elle rejoint les rangs des taboos, les apprenties, dans l’espoir de devenir geisha un jour. Il y a en effet peu d’élues. Son temps d’apprentissage permet de découvrir peu à peu les codes qui régissent cet univers et l’éducation dispensée, mais il met aussi en lumière les relations souvent conflictuelles qui règnent entre ces femmes ainsi mises en concurrence. 

L’adaptation est difficile, les craintes sont nombreuses, surtout pour une gosse de 8 ans, mais ce qui sauve finalement Setsuko c’est son attirance pour le shamisen, l’instrument de prédilection des geishas et de leurs clients…

Alors si vous souhaitez savoir si Setsuko retrouvera les siens, ou si elle saura se faire une place dans ce monde des plaisirs, je vous invite à découvrir ces deux albums au graphisme extrêmement soigné. Le noir et blanc, associé à un grand sens des détails, retraceà la perfectionl’atmosphèredes lieuxmais aussi les visages et les expressions. La grande variété descadrages et desplansconfère à l’ensemble un certain dynamisme et assure une belle intensité dramatique. 




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s