discussion « Le Serpent », de Richard Warlow et Toby Finlay, 2021


Cette semaine un billet sur une mini-série policière britannique de 8 épisodes qui évoque brillamment le parcours du célèbre tueur en série Charles Sobhraj. 

Séducteur, manipulateur, escroc et flambeur, notre assassin sévit en Asie du sud-est où il se fait passer pour un négociant en pierres précieuses. Particulièrement avenant, il traque ses proies à l’aide de sa compagne canadienne, Marie-Andrée Leclerc – sa première victime d’une certaine façon – et de son fidèle Ajay. Il les drogue, les dépouille, et les élimine avec un sang-froid qui en glacera plus d’un. En matière de poisons, il n’a pas grand-chose à envier à Catherine de Médicis. 

Le récit, inspiré d’une biographie, s’intéresse surtout à sa traque menée par Herman Knippenberg, un employé tenace de l’ambassade des Pays-Bas…

Le scénario, qui s’appuie sur un art consommé du flash-back, tient le spectateur en haleine. Le thriller est particulièrement réussi, d’autant qu’il est soutenu par un casting efficace. Jenna Coleman, Mathilde Warnier et Billy Howle sont irréprochables tandis que Tahar Rahim endosse ce costume de criminel avec brio. L’approche psychologique est également très convaincante, qu’il s’agisse de la mégalomanie de Sobhraj ou de l’amour-répulsion de sa compagne.

Mais cette série c’est aussi l’évocation des 70 ‘ et de cette époque hippie, que la photo, les décors et les costumes subliment à l’écran.

A ne pas rater ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s