Littérature française

« Les deux soeurs », David Foenkinos, Gallimard, 2019


« Les deux sœurs », David Foenkinos, Gallimard, 2019

Mathilde aime Étienne depuis cinq ans, elle s’apprête même à l’épouser comme il le lui a demandé lors de leurs dernières vacances en Croatie.
Elle le trouve certes étrange depuis quelques jours,  » comme absent de lui-même », mais elle sait combien son métier le prend parfois. Aussi surfe-t-elle malgré tout sur le nuage rose de son existence qui lui semble parfaite, entre sa vie amoureuse et son plaisir d’enseigner Flaubert dans un lycée de banlieue.
Son bonheur s’effondre cependant subitement. Il suffit de quelques mots et du vide qui s’ensuit, cette « absence intolérable de l’autre » pour qu’elle ait « ce terrible pressentiment d’avoir basculé dans un mauvais compartiment, une zone non affective » susceptible de lui faire perdre toute rationalité.

Alors qu’Etienne la quitte pour Iris, son amour de jeunesse, elle est comme entre parenthèses, achevant de faire le vide autour d’elle. Au fil de ses journées « à la durée baroque », elle se laisse finalement glisser dans une forme de folie malgré la sollicitude de sa sœur Agathe.
David Foenkinos, qui analyse avec beaucoup d’acuité ce vide amoureux et le sentiment de jalousie, nous propose ainsi une intrigue bien ficelée aux allures de tragédie.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s