discussion Clin d’œil à Tananarive !


Mes obligations professionnelles sur la zone Océan Indien m’ont amenée à me rendre régulièrement à Madagascar, cet état insulaire rattaché au continent africain. Située au sud de l’Equateur, la Grande Ile aussi appelée l’Ile Rouge s’étale sur 587000 km2. Organisé en 6 provinces ou faritany, le pays compte plus de 23 millions d’habitants appartenant à 18 ethnies aux traditions encore très fortes. Ancienne colonie française, Madagascar est un état indépendant depuis 1960 qui peine à se construire. C’est pourtant un pays doté de nombreuses richesses, à commencer par une grande biodiversité (songeons aux lémuriens et aux baobabs par exemple). La terre est riche : riz de luxe, café, cacao, vanille, poivre, mais aussi uranium, bauxite, or, pierres précieuses et semi-précieuses et même un peu de pétrole. Ces richesses hélas profitent peu à l’ensemble de la population qui reste confrontée à des problèmes sanitaires (paludisme, faim, choléra et peste, maladie endémique). A cela s’ajoutent un système politique instable, la corruption, une certaine insécurité, la difficile électrification du pays, la prostitution et un taux de scolarisation qui reste à améliorer. Cette population conserve pourtant le sourire et s’appuie sur son inventivité et sa créativité pour survivre et espérer des jours meilleurs, c’est une belle richesse humaine !

Antananarivo est donc la capitale de ce pays contrasté. Située dans la partie centrale de l’île, elle bénéficie d’un climat tropical d’altitude (de 10 à 30° en moyenne), s’étale sur 18 collines et abrite plus de 2 millions d’âmes, dans des conditions souvent difficiles. Cette misère nous prend aux tripes dès la descente de l’avion et nous frappe tout autant que les embouteillages et la pollution. Il n’en reste pas moins qu’on s’attache vite au lieu, même si la prudence est de mise.
On y mange divinement bien (le zébu est un régal), même si dans ce domaine aussi il convient de faire attention (évitez le mojito à cause des glaçons). Le taux de change (3500 ariary pour un euro en ce moment) vous permet de vous faire plaisir et de ramener quelques belles pièces artisanales. Le marchandage est de mise, mais il faut savoir rester décent !

Ce que j’aime: les couleurs,notamment celles des maisons, les regards, ces rues qui grouillent de vie, le système D permanent déployé par la population…

2 commentaires

  1. C’est un beau billet que tu nous offres ! Les photos, comme d’habitude, sont splendides et le rappel historique, géographique, est bien utile. Malgré tout cela, je ne serai pas tentée de visiter ce pays à cause de la misère qui y règne.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s