Cinéma étranger

« Chelli »,Asaf Korman, 2015


Avec Chelli, offert au public en 2015, le réalisateur israélien Asaf Korman s’intéresse au handicap mental et nous offre un huis clos aussi étonnant que puissant.
Surveillante dans un lycée, la jeune Chelli se sacrifie et se bat pour continuer à s’occuper de sa sœur Gabby, déficiente mentale. Alors que leur mère préfère fuir et que les voisins sont prompts à porter plainte aux services sociaux, elle l’entoure d’une incroyable affection et cherche à la préserver des centres spécialisés.
Asaf Korman nous offre ainsi un film réaliste et intimiste parfois étouffant. Les deux sœurs partagent en effet une vie presque aussi étriquée que leur appartement, mais elles ont aussi tissé des liens forts et d’une incroyable liberté. Leur univers hors norme est aussi un espace où les corps s’exhibent et se touchent. La photographie d’Amit Yasour, empreinte d’une grande humanité, suggère aussi la violence latente qui plane entre ses murs, surtout une fois que Zohar, amoureux de Chelli, s’immisce dans ce duo.
Je terminerai ce billet en saluant le casting. Liron Ben-Shlush (Chelli) joue admirablement des nuances, Yaakov Zada Daniel (Zohar) lui rend parfaitement la réplique tandis que Dana Ivgy (Gabby) est époustouflante de vérité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s