Littérature étrangère

« Hôzuki », Aki Shimazaki, Actes Sud, 2015


Reprise aujourd’hui de la rubrique lecture avec un court roman japonais, une petite perle tout en tendresse signée de Aki Shimakazi et publiée en 2015 chez Actes Sud, une maison d’éditions qui nous réserve bien des pépites. D’origine japonaise, comme son nom l’indique, Aki Shimazaki vit désormais au Canada où elle se consacre à l’écriture et cumule les prix.

J’ai d’abord eu un coup de cœur pour la couverture, et ce fruit, l’hôzuki, que je ne connaissais pas plus que l’auteur.

 

Aki Shimazaki fait le choix d’une narration à la première personne qui nous met dans la peau de Mitsuko Tsuji, une jeune femme qui cumule deux emplois à Nagoya. La plupart du temps, elle tient avec sa mère une petite librairie et se consacre à la vente d’ouvrages d’occasion, mais le vendredi soir elle officie comme entraineuse au Bar du X.  Mère célibataire, elle élève son fils Tarô, un garçonnet sourd et muet on ne peut plus attachant. Le trio, complété par le chat  Socrate, mène une vie simple et tranquille, malgré un passé difficile. Plutôt solitaire après avoir connu une vie amoureuse complexe, Mitsuko se complait dans leur cocon sans chercher à nouer des liens avec l’extérieur, aussi se sent-elle  mal à l’aise lorsque Kaka Sato, une nouvelle cliente, s’efforce de s’immiscer dans sa vie. Hanako, sa fillette de 4 ans qui s’entend aussitôt à merveille avec Tarô constitue un alibi de choix mais Mitsuko reste méfiante et ne peut s’empêcher de s’interroger sur ses motivations. Que lui veut donc cette femme qui n’a manifestement rien en commun avec elle ?

Le récit prend ainsi des allures énigmatiques pour le lecteur qui découvre peu à peu une situation plus complexe qu’il n’y paraissait.

J’ai beaucoup aimé cette intrusion dans l’intimité d’un quotidien japonais qui ajoute à l’intérêt des destins hors normes de ces trois femmes. Le lien qui se tisse entre Mitsuko et Kaka est fort bien analysé. Aki Shimazaki aborde avec beaucoup de finesse et d’humanité la question de la difficulté d’être femme, d’être mère, des secrets parfois nécessaires, mais elle explore aussi l’amour maternel selon des angles parfois inattendus.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s