discussion « Oedipe Roi » de Sophocle


 

Avant de s’imposer comme la figure la plus célèbre de la psychanalyse et de filer des complexes à nombre d’entre nous, Oedipe fut le héros d’une légende appelée à devenir un mythe littéraire. S’il n’est pas le seul à s’être intéressé à la famille des Labdacides, Sophocle, au V° s avt JC pose un regard neuf sur ses mésaventures en portant à la scène sa trilogie, Oedipe Roi, Oedipe à Colone et Antigone.

Boulot oblige, je viens de relire la première de ces tragédies. En moins de 2000 vers d’une incroyable intensité dramatique, Sophocle confronte Oedipe à son destin et surtout à cet effroyable basculement qui rappelle qu’on ne peut jamais estimer un homme heureux tant qu’il n’est pas à la veille de sa mort. Roi de Thèbes depuis qu’il a vaincu la Sphinx et son énigme, il coule en effet des jours presque heureux auprès de sa femme, Jocaste, et de leurs quatre enfants: Etéocle, Polynice, Ismène et Antigone. Presque, parce qu’en bon souverain, il est soucieux du fléau qui pèse sur la cité. La peste ravage la population qui mise sur sa compassion et ses talents. La situation semble alors s’éclaircir lorsque Créon, son beau-frère, rend compte de l’oracle de Delphes. Thèbes doit se purger de la souillure qui la ronge en retrouvant le meurtrier de son ancien roi, Laïos et en le châtiant. Comme son dévouement n’a d’égal que son orgueil et son aveuglement Oedipe joue les détectives et jette l’anathème sur cet être infâme auquel il promet l’avenir le plus sombre qui soit. L’ironie tragique est donc à son comble pour le spectateur qui maîtrise les différents mythèmes et sait que le héros ne tardera pas à se découvrir parricide et incestueux. Le dramaturge est d’ailleurs très fort à ce jeu cruel qui pousse les personnages dans leurs retranchements.

Sophocle met ainsi en œuvre un théâtre de la volonté dans lequel les êtres, enfermés dans un péché d’hybris, s’efforcent d’agir sans forcément se soumettre aux divinités et autres pratiques religieuses. Oedipe comme Jocaste font preuve d’une défiance manifeste face aux devins et à leurs prédictions qui ne peut qu’être mortifère.

La pièce est un modèle du genre et comporte même quelques discrètes mises en abyme susceptibles de permettre à chacun de pleinement comprendre l’essence du tragique.

 

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s