BD

La BD de la semaine: « Médée, T1 L’ombre d’Hécate, Pena et Le Callet, Casterman, 2013


Medee1

Le personnage de Médée, « ce monstre sanguinaire », fille d’d’Idya et d’Aietès, petite-fille de la magicienne Circé, aura décidément traversé les siècles et les genres comme si elle cristallisait toutes les pulsions humaines les plus inavouables.

« Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. »

C’est pourtant sous un jour plus charmant que nous la découvrons dans ce premier opus de Nancy Pena et Blandine Le Callet.

Alors que sa fin approche, Médée nous apparaît sous les traits « d’une vieille carne » qui affronte ses souvenirs. Sur une île presque aussi morte que sa vieille nourrice Chloé qu’elle vient de quitter et qui s’apprête à mourir seule, notre héroïne aspire à rétablir la vérité et à faire toute la lumière sur sa difficile existence.

Elle se remémore son enfance de princesse dans un royaume opulent et prospère, la Colchide, aux côtés d’Argos ou du pauvre Absyrtos, atteint d’un curieux mal. Frondeuse et n’a peur de rien. Normal son père, le roi, « a plein de dieux dans sa famille ». Pourtant même les dieux doivent faire preuve de prudence et le péché d’hybris la guette. Espiègle, insubordonnée, toujours animée d’un « farouche amour de la liberté », elle préfère le tir à l’arc aux travaux d’aiguille et sa féminité lui pose quelques soucis, même si ses charmes sont incontestables. Son père, Aietès, roi autoritaire, intransigeant et suspicieux n’y résiste d’ailleurs pas! Une forte complicité les unit, pour le meilleur parfois, mais aussi pour le pire. Ils partagent une même confiance dans leur grandeur, leur étoile et rien ne les arrête, pas même le sacrilège.

Mais l’adolescence lui réserve d’autres charmes lorsqu’elle est initiée au mystère d’Hécate et qu’elle entame son apprentissage de sorcière, tandis que les événements la confrontent à la noire démesure de son père.

Si ce premier tome évoque la tyrannie d’Aietès et sa folie, il nous offre une Médée pleine de fraîcheur et très attachante. Le dessin de Nancy Pena y est sans doute pour beaucoup. Elle sait lui prêter des traits sympathiques. Le graphisme est d’ailleurs très séduisant: j’ai beaucoup aimé le jeu des couleurs et des lumières, la peinture des regards et la précision des détails. Je ne pourrai me prononcer véritablement sur le scénario qu’après la lecture du second tome. Malgré une certaine économie de paroles, le récit est dynamique à souhait. L’approche du personnage, qui mêle les mythèmes séculaires et leur renouvellement, est particulièrement stimulante.

16 réflexions au sujet de “La BD de la semaine: « Médée, T1 L’ombre d’Hécate, Pena et Le Callet, Casterman, 2013”

  1. Je me souviendrai du titre et de la couverture. Comme ça en cherchant à la biblio je finis toujours par trouver quelque chose. (en principe, grâce aux blogs j’ai fait de belles découvertes)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s