Côté plume

Atelier de Leil (21): « GrandMa »


Aujourd’hui lundi, je renoue avec l’atelier d’écriture de Leil du blog Bricabook.
Je vous en rappelle les grands principes. Leila nous propose une photo en début de semaine, à chacun ensuite de composer le texte de son choix.
Le cliché à l’honneur cette semaine est signée de Romaric Canaux. Depuis mon portable, je ne suis hélas pas parvenue à capturer la photo intégralement.

atelierLeil21

Mon texte de cette semaine est un peu particulier. Fortement autobiographique, il profite de cette occasion pour rendre un hommage à ma grand-mère disparue il y a quelques jours.

GrandMa

« Mamy, les petits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes…Mamy, les petits bateaux… »
Tu me l’as tellement chantée cette comptine! La cérémonie a été belle et simple à la fois, à ton image…Malgré ton fort tempérament, tu n’étais pas du genre à vouloir occuper le devant de la scène. Dans l’action, oui, mais toujours en discrétion. Il paraît qu’elle fut émouvante aussi. Tes petits-enfants, tes arrières petits-enfants se sont relayés pour te rendre hommage, dire combien tu avais su les choyer de ton amour…tous sauf moi. Parce que c’était ainsi, que je vis très loin de notre Normandie natale, que des obligations me retenaient et que le vent soufflait trop fort à l’approche du cyclone. Les petits avions sans ailes restaient cloués au sol…Un vaste océan et quelques continents nous séparaient, mais j’étais là, dans la flammèche d’un cierge au fond de l’église, dans le pétale d’une rose blanche, dans le pistil des lys près de l’autel…
Aujourd’hui je feuillette l’album photos, je remonte le temps, je fais défiler les souvenirs, le camping sauvage à Bully, les tartines de beurre pour accompagner le melon, les plâtrées de teurgoule, les mimosas niçois…Je te veux encore vivante et les images s’animent, une à une. Il faudra du temps pour que j’intègre l’idée que nous ne partagerons plus les derniers potins, que nous ne nous chamaillerons plus en discutant politique, que tu ne tricheras plus au rami. Mes papilles se souviennent de tes charlottes au chocolat truffées à la crème de marron, mes joues gardent la trace de tes baisers, mes jambes refont les chemins de campagne ou de bord de mer… »Mamy, les petits bateaux… ». Mes mains tricotent comme si elles étaient tiennent. « Tiens le fil de la main gauche et passe le sur l’aiguille droite, fais un jeté, puis deux mailles à l’envers et une à l’endroit… ». Mes yeux se remémorent nos lectures partagées.
Ils sondent aussi ce cliché….pas une histoire de maillots qui grattent non, mais la joie de devenir une Grandma. 1964. Ta silhouette massive de dos dit toute ta détermination. TU avais tricoté de la layette bien sûr. A l’époque, pas moyen de savoir si je serai un ou une. Tu n’aimais pas le bleu, et le rose pour un garçon…Tu avais donc donné dans le jaune, sans prévoir que je détesterai cette teinte. Désargentée, tu puisais l’inspiration dans les vitrines des magasins. Ton œil photographiait les modèles que tu reproduisais. Mais là, tu avais craqué, non pas pour l’un de ces ensembles déclinés en 7 couleurs, offrir des sous-vêtements ne se faisait pas, non vraiment! Comme s’ils ne pouvaient pas mettre d’autres produits en valeur, non mais des fois! Non, tu avais jeté ton dévolu sur l’un de ces babygros, vêtement nouvelle tendance, blanc avec de jolies petites étoiles multicolores. Ma main profite encore de sa douceur. Il trône dans la boite aux souvenirs aux côtés d’une timbale en argent et de ma médaille de baptême.
La maternité t’avait été difficile. Deux enfants et demi en deux ans, sur fond de guerre mondiale…on manquait de tout…ton mari surtout te faisait défaut depuis qu’il s’était fait la malle avec la bonne sans se soucier de t’abandonner en pleine fausse couche. La maternité avait rimé avec lutte et renoncement. Ta belle-mère t’avait même pris ton fils sous le prétexte fallacieux de te venir en aide. Elle voulait qu’il l’appelle maman, elle ne lui donnait pas toujours tes lettres, et quand tu prenais le train pour Paris, après bien des sacrifices, histoire de le serrer tendrement dans tes bras, elle le chaussait de souliers trop petits pour qu’il ne puisse pas s’éloigner d’elle.
Aussi était-il ravi ce fils, mon père, de t’offrir ce premier petit-enfant, de te donner l’occasion de préparer son trousseau. Il t’avait même accompagnée ce jour-là, malgré sa répugnance pour le shopping.
Mes doigts s’enfoncent dans cette petite brassière blanche, tu sais, celle que tu as brodée de petits poussins jaunes… »Mamy, les anges du paradis ont-ils des ailes… »

23 réflexions au sujet de “Atelier de Leil (21): « GrandMa »”

  1. J’en suis certaine… S’ils n’en avaient pas ils ne voleraient pas….
    Merci Sabine d’avoir partagé ton émotion avec nous. Je suis très émue. Ton texte est beau. Simplement, assurément tendre et beau. Je t’embrasse…

    J'aime

  2. Je n’ai pas pu retenir mes larmes, ton texte est très beau maman! Je suis certaine que grand mère l’adore déjà depuis tout là-haut…
    Je t’aime maman

    J'aime

  3. De jolis mots, de très fortes émotions ! Je n’en doute pas, ce texte a su voler et lui parvenir. De gros bisous ma Sab !

    J'aime

  4. Un hommage vibrant d’émotions qui n’a pu que s’envoler vers elle. Pas en Normandie, mais dans le coeur pour toujours, et ça c’est bien plus fort.

    Bisous tendres.

    J'aime

  5. C’est super émouvant, Sabine.
    C’est beau parce que c’est simple et que c’est vrai. C’est votre histoire, et tu as su si bien la raconter…
    Je suis sûre que cet hommage lui parvient.
    Je t’embrasse.

    J'aime

  6. C’est un texte très émouvant, un très bel hommage. J’ai eu des frissons pendant toute ma lecture.
    Douces pensées pour t’accompagner dans ces moments.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s